Marcher contre le racisme, un message d’espoir!

Marcher contre le racisme, un message d’espoir!


Face à l’apparente montée du racisme (y a-t-il plus de comportements discriminants et d’injures raciales, ou ceux-ci sont ils plus médiatisés? Est-ce purement sur les questions d’immigration que Marine Le Pen engrange des points ?), des voix s’élèvent, et la résistance s’organise.
Il y a bien des initiatives qui rassurent un peu sur l’état de l’opinion publique française, qu’on croit sur une pente descendante menant au nationalisme et à l’exclusion. Il est vrai que le Front National a tutoyé les 18% aux présidentielles 2012, et qu’on craint qu’il séduise de plus en plus de gens, avec son image pseudo-radoucie par la figure de la fille Le Pen. Il est vrai que des discours anti-immigration semblent se décomplexer. Il est vrai qu’on entend régulièrement parler de cimetières profanés, d’inscriptions à caractère racistes, et qu’on se souvient encore de paroles malheureuses comme Hortefeux sur les « Auvergnats ». Il est vrai que l’extrême-droite va de plus en plus dans la rue, et qu’on trouve dans les rassemblements du FN des groupes néo-nazis, où on peut assister à ce genre de choses : http://www.youtube.com/watch?v=TGlb8CISNbo.
Mais heureusement, on peut encore espérer que la majorité des gens n’est pas comme ça. On a assisté en 1983 au phénomène de La Marche pour l’égalité et contre le racisme (surnommée la Marche des Beurs). Plusieurs jeunes et un curé partent de Marseille à pied pour interpeller sur le contexte raciste de l’été 1983. Au fur et à mesure, le mouvement prend de l’ampleur, et ils sont environ 100 000 à Paris, 2 mois après… A l’occasion de l’anniversaire de cette marche, un film est sorti pour retracer ce combat (http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19538748&cfilm=208743.html).
La Marche « 2.0 »
Partant de cette idée, Le Petit Journal va lancer en novembre 2013 un défi à un de ses chroniqueurs, Maxime Musqua. L’idée est de refaire cette marche, en traversant la France à pied, en essayant de rassembler un maximum de gens jusqu’à Paris. Le but est de rendre hommage au mouvement de 1983, tout en rappelant les mêmes valeurs et les mêmes objectifs : rappeler que la France est un pays de la diversité, et que c’en est une force. Rappeler que le racisme n’a pas disparu, mais que des gens s’élèvent contre cette haine rampante. Montrer dans la bonne humeur qu’il y a tous ces Français qui s’unissent dans cette diversité, et qui combattent les discriminations.
La Marche version 2.0 a été une version accélérée de son aînée. Elle a débuté le 12 novembre 2013 à Vénissieux et s’est terminée le 20 novembre à Paris. Parti seul avec son équipe, Maxime Musqua va à la rencontre des habitants tous les jours. Au fur et à mesure, de plus en plus de gens l’accueillent devant les Mairies, et de plus en plus de motivés vont le rejoindre. Pendant une semaine, les téléspectateurs suivent ses étapes. L’événement va prendre de l’ampleur et rencontrer un véritable succès! Au cours de la marche, Maxime Musqua reçoit des appels d’encouragements de la part de l’équipe du film La Marche, et même de Christiane Taubira. Le mercredi 20 novembre, il arrive accompagné de dizaine de personnes, rejoints à Montparnasse par une impressionnante masse de gens venus les acclamer. L’événement se terminera par des discours brefs de Musqua, mais aussi Jamel Debbouze, ou encore Toumi Djaidja, participant de la marche de 1983. On peut voir un résumé de cette arrivée ici.
C’est un très beau mouvement qu’il nous a été donné de voir pendant cette belle semaine de novembre. Cette idée de refaire la marche, l’engouement que ça a suscité, l’enthousiasme et l’ampleur que ça a ensuite pris, cela a remis du beaume au cœur de cette France qui se radicalise. C’était un réel bonheur de suivre cet événement, ça donnait l’impression que quelque chose de grand était en train de se passer. Surtout, cela redonne espoir quant au contexte actuel. Cette marche, elle a montré qu’encore de nombreux Français se soulèvent et refusent la montée du racisme. Elle a montré que de telles initiatives de fraternité et d’espoir peuvent encore se créer. Que la solidarité et la tolérance sont loin d’avoir disparu. Elle a montré, comme l’a dit Jamel Debbouze à l’arrivée, que la France n’est pas raciste. 
 
L’arrivée à Paris, tweetée par Maxime Musqua
 
Un message d’espoir face à la haine
Ce qui fait vraiment plaisir à voir, c’est que la Marche fait des petits, un peu partout en France, quand le racisme se montre. L’université de Strasbourg a récemment été le théâtre d’inscriptions racistes et nationalistes peintes sur les murs d’une de ses bibliothèques. C’était dans la nuit du 7 au 8 février. Les réactions d’indignation ont été immédiates, mais c’est une semaine après qu’a été prise l’initiative de faire une marche silencieuse pour protester et exprimer le refus de l’immixtion d’une idéologie de l’exclusion au sein d’une institution républicaine comme l’université. Pas moins de 250 personnes se sont réunies, pour marcher ensemble du campus à la préfecture. Parmi eux : étudiants, élus, et le Président de l’Université de Strasbourg. C’est un beau message que de montrer que là où le racisme tente d’attaquer la République, ses habitants et ses institutions, le peuple répond.
 La Marche silencieuse du 14 février 2014
Ces événements montrent qu’il y a une réelle volonté de faire barrage aux montées racistes et nationalistes. Ils sont un véritable espoir, et prouvent qu’il y a dans ce pays des forces qui ne laisseront jamais passer les vagues « bleues marines » et autres croix celtiques, manifestations au saucisson ou apéro géants anti-musulmans. Cela fait vraiment du bien de percevoir ces mouvements de défense de valeur de tolérance et d’ouverture. C’est le genre de choses qui donnent de la motivation, qui donnent envie de se battre avec une énergie positive. Voir la marche version 2013 m’a vraiment fait du bien, et m’a donné une dose de pur bonheur. C’est trop rarement qu’on voit à la télé une initiative purement solidaire et altruiste, un tel concentré de bonne humeur et d’espoir, et ça fait du bien !
Ecrit par Deborah L

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php